2011-11-17

Hôdo, la légende


Les cinq volumes de « Hôdo, la légende » sont des contes qui se bâtissent sur l'expérience du précédent tout en gardant une certaine indépendances pour permettre au lecteur de commencer par n'importe que volume. Toutes ces histoires ont un point commun : l’intelligence, l'art de s’adapter et celui de créer des synergies.
L’histoire débute par le colonisation d'une planète, Hôdo. Les « pionniers de Hôdo », volontaires plus ou moins désignés pour être les champions de leurs groupes politique, religieux, etc. doivent réussir à y survivre malgré leur divergences profondes. Pour y parvenir, le capitaine du vaisseau imagine une charte qui convienne à chaque membre de « sa » communauté.
Des androïdes se sont retrouvés mêlés à cette colonisation et eux aussi essaient de vivre en « humain » avec leurs frères de chair. Eux même se désignent comme des « homo sapiens syntheticus ». Il est à noter que c'est une allégorie de l'homme imaginant de Henri Laborit.
Ces androïdes qui deviennent aux yeux des Hôdons des « anges gardiens » découvrent un trafic de parahumains et veulent protéger ces derniers. Mais pour y arriver, il leur faut acquérir ce qui est l'un des privilèges de l'humain : la domination. Les « anges déçus » ne deviendront pas pour autant des « anges déchus ». Au contraire, il consolideront même la Charte de Hôdo.
Fort de leur adaptabilité, les Hôdons commence à explorer l'espace et découvrent d'autres formes de pensées sur « Jikogu », une planète bien étrange dont les être vivants pourtant partagent aussi la peur et l'espoir comme l'homo sapiens. Ainsi, d'autres intelligences se découvrent et se réveillent.
Les années passent quand soudain un accident cosmique va détruire, le système solaire. « Terra se meurt ». C'est un « ange gardiens » - ou « synth » familièrement désigné - qui va prendre la responsabilité de sauver les populations terriennes, car il ne sont pas sensibles à l'attrait du pouvoir et de ses avantages, qui cette fois s’étend sur plusieurs mondes.