2012-05-04

Modèles Économiques de Hôdo

Dans la légende de Hôdo deux systèmes économiques sont décrits.

Le système « Enn » de Terra.

Sur Terra, une réforme économique mondiale a créé un système basé sur l'énergie à la foi comme « monnaie » et comme valeur de « base ».
Ce système est proposé dans l'article : « Système monétaire écologique »
Le mot « Enn » est un clin d'oeil au Protocole de Kyōto. La monnaie du Japon, le Yen, se prononce « enn » en japonais, et c'est le son initial de l'énergie de la physique utilisée dans le vocabulaire scientifique de nombreuses langues (en japonais précisément « エネルギー, energii »)

Le système de Hôdo

Le Hôdon considère la société comme une entité vivante, avec ses organes dédiés au traitement de la matière, de l'énergie et de l'information. Son environnement, la planète, est l'habitacle d'une intelligence et non un gâteau à partager entre dominants.
Pourtant, il existe deux sources d'énergie non-propriétaires (ou presque) alimentant la Terre : l'énergie solaire et la gravitationnelle. Or, on pourrait considérer que chaque personne aurait accès aux ressources matérielles naturelles de la planète. Enfin, plus l'information est accessible plus elle peut contribuer à l'enrichissement global de l'information.
Hôdo ne s'est pas doté d'un système fiduciaire car d'une part les ressources précitées n'appartiennent à personne en particulier. Dans cette optique, seul le travail personnel pourrait être rémunéré. Mais, une société dépend de nombreux services non « productifs » comme les administratifs, artistes, chercheurs, enseignants, fonctionnaires, magistrats, militaires, policiers, pompiers, soignants, sans oublié les bénévoles de toute sortes... Sur Terra, les sociétés manipulent le merveilleux talent du paradoxe en incitant les gens à travailler plus pour gagner plus tout en dépendant de plus en plus de millier d'organismes bénévoles et gratuits compensant les défaillances du social. Ces dernières, pour survivre se font payer sous forme de mutualisation par impositions ou taxes. De plus, pour assurer certaines cohésions sociales par des œuvres dites de solidarité, une multitude de redistribution viennent s'ajouter aux prélèvements : allocations familiales, réinsertions sociales, soutiens de handicapés, retraites, assurances chômage...
Pour les Hôdons, si tout ce flux est équitablement circulaire tout le monde donne et reçoit. Bien sûr, il existera toujours des « parasites » mais les « finances » ne les ont pas fait disparaître. Sans doute qu'il est tolérable de maintenir quelques parasites au même titre que les « simplets » des villages. Il devient donc inutile de créer un système monétaire.

De la fiction à la réalité

Le travail sans solde est mis en application de manière remarquable, par exemple, dans le développement de logiciels libres ou dans l'enrichissement de « Wikipédia ».
D'autre part, il faut noter que d'autres systèmes alternatifs naissent comme celui proposé par Insolido, un site à absolument visiter.