2009-12-13

La tradition

Respecter toute intelligence ainsi que son support (première loi de la Charte de Hôdo) impose de respecter les traditions qui sont en quelque sorte l'héritage d'une société comme les gênes d'un organisme. Cet héritage sert de cadre à toute l'activité mentale des individus, à la fois pour structurer ces propres pensées et pour être capable de communiquer avec ses semblables, d'autant plus « semblables » qu'ils partagent les mêmes protocoles. L'importance de la communication pour un être sociable est telle que la « tradition » est rapidement et profondément ancrée dans l'esprit de chacun. Il est très difficile par la suite d'évoluer en dehors de certains schémas ouverts. C'est ce qui rend la langue maternelle, les mimiques et gestuelles culturelles et les questions existentielles si importantes pour tout un chacun. L'existentialisme ne concerne certes pas l'enfant en bas âge, mais l'adulte en étant imprégné, transmet ses codes.
L'importance des traditions est exploitable par les dominants, car il est très facile de motiver les foules, qui font croire soit qu'ils sont en danger soit qu'il faut porter la bonne parole, afin de reculer les frontières du danger ou d'agrandir le territoire sous domination. Mais, il ne faut pas jeter l'anathème sur les grands dominants cachés dans l'ombre. La domination n'est pas l'apanage des grands, entre voisins de paliers ou de jardins, et même dans le couple le besoin d'imposer son mode de vie peut se faire ressentir avec plus ou moins de poids, de harcèlement, de perniciosité. Nous n’avons pas toujours besoin de l'« aide » d'un grand frère pour envahir le territoire de l'autre.
Alors, dans ce cas, il est fréquent d'essayer d'invoquer des arguments comme l'intolérance ou le « martyr » de l'envahi. Mais pour les deux protagonistes, il est toujours tentant de redéfinir des possessions de territoires occupés dans une certaine chronologie puisque l'antériorité d'occupation semble être un point commun de toutes les civilisations de la Terre. Violer cette antériorité, c'est envahir, c'est agresser. Ce point est capital pour : Respecter le droit à l'intimité et à l'évitement (deuxième loi de la Charte de Hôdo) .