2017-05-26

Comment constituer le Lapin Blanc

Avant de choisir le candidat Lapin Blanc il faudrait déjà savoir comment le quatuor serait constitué. Il est différent pour les deux couples, mais il a une base commune.

Dans l’esprit acratique, l’organisation hiérarchique fonctionnelle devrait venir de la base et non l’inverse. Les anarchistes concevaient même de s’organiser en petits groupes d’une huitaine de personnes. Huit, c’est précisément le chiffre autour duquel s’accordent les experts en psychologie de groupe pour constater qu’il s’agit là d’un nombre optimum de personnes pour que les réunions restent efficaces, c’est-à-dire constructives. Partant de cette base, on peut imaginer que l’élaboration de la pyramide hiérarchique se ferait par une succession de « suffrages indirects », puisque chaque étage de la pyramide élirait ses représentants pour le niveau supérieur.

Ainsi, pour simplifier, supposons que nous ayons quatre groupes de huit voisins. Chacun de ces groupes choisit une paire de représentants. Ces derniers, au nombre de huit au total, se rassemblent à leur tour pour choisir leurs deux représentants. On obtient là une petite pyramide de trois niveaux. Avec une pyramide d’une douzaine de niveaux, on recouvrerait tout l’électorat français. Mais attention, cet exemple simpliste n’est pas une représentation de la « proportionnelle », et ce n’est pas le but d’un système acratique. Ce n’est qu’un modèle de représentation du travail en petit groupe, car il est bien plus facile de se connaître dans un petit groupe de travail que dans des partis représentant de loin des citoyens anonymes.

À chaque niveau, les choix seraient faits en fonction d’une personnalité ou d’une compétence reconnue dans un groupe et non d’un programme détaillé au boulon près. Serait-ce un retour arrière par rapport à la démocratie moderne qui vante le suffrage direct ?

Ce n’est pas sûr, et certaines personnalités ont déjà exprimé leur scepticisme comme Robert Alan Dahl qui considèrent que pour éviter des dérives comme le carriérisme politique, la démocratie devrait fonctionner sans élections, uniquement ou en partie par tirage au sort des représentants, ce qui correspond précisément à la troisième loi de Hôdo.

Quant à Noam Chomsky, très versé dans la question de manipulation des masses, il ne s’est pas privé lui de critiquer tout spectacle médiatique qui est mis en jeu pour induire les choix : « les élections sont conduites par l'industrie des relations publiques qui vantent les candidats à la manière des spots télé. »

En plus, ce type de « s »élection peut se dérouler à tout instant au fur et à mesure des besoins et des changements de cap. Pas besoin de coup d’État pour remplacer quelqu’un qui ne serait pas à la bonne place au bon moment.

Cette méthode donc pourrait s’appliquer en interne dans Hôdo pour obtenir le quatuor qui fera office de Lapin Blanc. De là, il faudra extraire un nom pour le glisser dans le système et dans l’urne. Malheureusement, Hôdo en est à sa naissance et n’a pas la taille adéquate pour le faire. De plus, il n’est pas cantonné à l’intérieur d’une frontière puisque son esprit est humanitaire, et, surtout, il n’a pas de carte membre de parti et encore moins de cotisations, car est hôdon celui qui essaie de respecter ses deux lois fondamentales. Il faut donc trouver une solution pour amorcer le processus, en vue d’une représentation franco-française, puisque le but actuel est de se préparer pour l’avenir, dans cinq ans, en théorie.